mardi 16 février 2016

Etat chronique de poésie 2754





2754

En éternelle attente
Tu écoutes les paroles du vent
Elles t'emportent
Te lacèrent
Te laissent transi
Sur le sentier du crépuscule

*

Le soir vient
Entrez donc étoiles
Peuplez mon antre
De vos lumières ténues
.
Que respirent enfin
Entre deux pages
Petites joies
Doux amours

*

J'voudrais tant savoir
Comme beaucoup parler
Laisser filer ma glose
Ornée de jolies métaphores
.
Peut-être alors serais-je
Admis au cercle
Des poètes en disparition

*

Ma vie passée à noircir mes pages
Ma vie passée à rêver d'être
De ce cénacle privilégié
D'où causent vrais poètes
Non bonimenteurs de mon espèce
.
Ne suis que maigre écrivant
Livrant aux pages mes courroux
Le mot se fait amarre
Pour être encore de ce monde
.
Parfois me prend rêve
De larguer celle-là
Laisser dériver
Mes petits bateaux de papier
Sur l'océan des univers perdus
.
La nuit se fera encore baume
Sur la plaie de n'être qu'à l'ombre
.


17 janvier 2016

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire