mercredi 10 février 2016

Etat chronique de poésie 2748





2748

Jour tardif
Sur les épaules de nuit
Cherche sa voie
Entre nuées malicieuses
.
Silence en la demeure
Chacun y va de son petit rêve
Qui plane dans les couloirs
Monte à pas feutrés l'escalier
Où attendent les songes

*

Je t'ai tant rêvée
Dans la tendresse de l'aube
Endormie et lascive
.
Qu'en seconde
Ou troisième vieillesse
Je viendrai
.
D'un doigt tremblant
Effleurerai tes lèvres
Gourmandes et ensommeillées
.
Ce qui viendra
Sera fruit de vie et d'espoir
Sève de printemps

*

Tu ne sais pas grand chose
Sinon te laisser porter
Par la vanité de tes désirs
.
Lorsque tu fermes les yeux
Ce que tu vois n'est rien
Puisque en dedans t'en vas
Vide

*

Les muses parfois
Prennent malin plaisir
A se taire
.
Narquoise et nues
T'observent te débattre
Au labyrinthe étroit
Où te plongent tes rêves
Sans amarres
.


9 janvier 2016

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire