mardi 9 février 2016

Etat chronique de poésie 2747





2747

Pas un mot
Pas une vague
Pas même un soupir
Que déjà jour enfui
Ricane
Sous couvert de crépuscule
.
Pas un mot
Pas une vague
Pas même un sourire
Que les heures parties
Tu restes coi
A la frontière des pages

*

Y aurait-il un havre
Où déposer tes pas
Où recueillir tes rêves
.
Y aurait-il un port
Où t'endormir enfin
Entre bras tendres
.
Y 'aurait-il un lieu
A mille lieu
De ces horribles banlieues
.
Que tu serais heureux
Ici
De reposer ton front
Avant qu'épuisé
Il chancelle

*

Depuis si longtemps tu as perdu
Le fil et l'aiguille
La trame et le tissus
.
Tes yeux peines à comprendre
Errances et désarrois
Lorsque chavire nos liens
Sous les coups d'un destin
Plus sombre chaque jour
.
Entre deux tu ouvres ton cœur
Déposes en ses pulsations
Vains messages
.


8 janvier 2016

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire