vendredi 5 février 2016

Etat chronique de poésie 2743





2743

Ferai état de lassitude
Parfois me demande
Si le bout du chemin n'est pas assez proche
Justifiant un arrêt net
Un retrait définitif
.
Poursuivre la route
En tel pays qui demeure chez lui
Terré et inquiet devant tout ce qui bouge
Semble bien téméraire
.
Il faut peut-être savoir arrêter
Avant qu'il soit trop tard
Se taire quand il en est encore temps

*

La vague parfois te submerge
Elle te laisse échoué
Sur le sable de tes détresses
.
Nulle fusée à lancer
Aucun signal de fumée
Lorsque l'horizon se ferme
.
Ecrire
Quel est ton projet
Tel est ta vocation
.
Mais écrire pourquoi
Ecrire pour aller de nausée
En nausée franchir le Rubicon
.
Les pages comme fourches Caudines
Tu plies toujours jusqu'à rompre
Les amarres du verbe
.
Lorsque tu te redresses
Tu observes médusé
Le chemin derrière toi
.
Vaines traces te suivent
Qui ne feront jamais rien
Que te servir de traîne
Lorsque temps viendra te prendre
Te confondre et t'inhumer
Temps et pages seront ton linceul
.


4 janvier 2016

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire