jeudi 28 janvier 2016

Etat chronique de poésie 2735





2735

C'est fil si ténu
Qui te relie
Qui t'ensorcelle
Qui te tient chaque jour en haleine
Qu'à chaque instant
Tu crains qu'il se brise
Dans la tension
Maintenue
.
C'est fil unique
Qui coud
Ton seul vêtement 
Déposé en chaque aube
Sur la page d'un jour nouveau
.
Tu ne sais rien
De ce qui vient
Ne peut qu'à distance
Regarder ces hommes
Si petits mais si fiers
Tenant en leurs mains
Le pouvoir de te soumettre
De te démettre de ce fil
.
Qu'un mot les fâche
Les voici remontant la trace
Te filant aux empreintes
Croyants imbéciles
Au mirage des mauvaises intentions
.
C'est fil ténu
Qui te relie encore
A ce monde
Des hommes tordus
Ignorants superbes
Dont la foi ne tient
Qu'à une balle
.
De quoi allez-vous donc
Déchoir celles et ceux
Qui d'ici et d'ailleurs
Jettent le trouble
Et leurs pierres
Sur qui ne leur ressemble pas
.


27 décembre 2015

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire