dimanche 24 janvier 2016

Etat chronique de poésie 2731





2731

Qu'aurais-je encore à dire
Puisque vous savez déjà tout



Plus rien bien sûr
Sinon cultiver
La vertu du silence
.
Dès ce soir m'arrêterai
Assis devant ma fenêtre ouverte
Sur une nuit sans fin
.
Mes pensées s'en iront
Courir les rues
Et battre la campagne
Pour le seul plaisir d'errer solitaire
De saisir les mains tremblantes de froid
Dans une sarabande joyeuse
.
Que ce monde là meure donc
Et puisse-t-il suivre sa destinée
Mais qu'il nous laisse
Miséreux et pantois
Inventer l'univers
A notre juste mesure
.
Je ne pleurerai pas
Sur cet effondrement
Pas une larme
Pas un chagrin
Pas un mot
.
Paré des vertus du silence
M'en irai compter fleurette
A mes compagnes étoilées
Dans la douce musique des questions
Demeurées pour toujours sans réponse

*

Car il n'est plus un mot
Qui sache vous faire sortir
De cette torpeur
Ventres trop bien nourris
Au biberon de la consommation
.
Au creuset de cette indifférence
S'ouvre sous nos pieds une tombe
.


23 décembre 2015

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire