samedi 23 janvier 2016

Etat chronique de poésie 2730





2730

L'esprit vague et l'oeil perdu
T'en vas ouvrir la porte
Puis la referme sceptique
Devant la toile frémissante
.
Ô temps mortel
Tu conviens aux fossoyeurs
Qui vont mine compassée
Signer la mise à mort
De nos rêves les plus fous
.
Ici et là vont
Bouche amère
Regrets aux lèvres
N'osant plus rien dire
Devant la coulée d'insanités
Celles et ceux
Ardents défenseurs
D'une cause jamais perdue
Puisqu'encore jamais essayée
.
Au goût de rance
Tu opposes la suave tendresse
Deux bras ouvert attends
Que viennent si réfugier
Tous les maux
Tous les mots
Toutes les larmes
.
Frêle instant de bonheur
Où nuées s'écartent
Offrant doux rayons
Sur le visage apaisé
De qui se tordait de douleur

*

Dans un délicat retour
Me vois encore
Descendant les marches
Un enfant dans les bras
Les yeux fous d'espérance
Le monde à portée de paroles
Pensées prêtes à prendre la rue
Banderoles de vies au poing
Pour te laisser un autre monde
En héritage mon fils
.


22 décembre 2015

© Xavier Lainé, janvier 2016, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire