mardi 19 janvier 2016

Etat chronique de poésie 2726





2726

Quoi qu'il advienne
Mes mots seront les mêmes
Je ne pècherai pas
Aux eaux troubles
Où vos majorités nous jettent
.
Je clamerai toujours
Que poésie rime avec liberté
Au risque d'être accusé
De ne pas marcher au pas
Cadencé de vos idées rances
.
J'ose croire encore en une erreur
En une bévue lamentable
Lorsque nos vies sont étripées
Au laminoir des profits sans vergogne
.
J'ose croire en une résistance
A l'infâme qui nous gagne
Le territoire est immense
Où poser nos armes de mots
.
Il y aura encore de belles soirées
Sous les étoiles du Contadour
Pour cueillir sans sourciller
La parole d'insoumission
.
Que triste est la saison
Des sombres tractations sans âme
Il est temps que de partout monte
La clameur le cri le chant

*

Si difficile ta voix
Si délicat ton chant
Qu'il te faut sans cesse
Te remettre à l'ouvrage
.
Si longtemps analphabète
Qu'à l'instant de n'être plus qu'illettré
Te voilà à peine satisfait
Déplorant de devoir revenir
Pour quelques nouvelles vies
Qui te permettent d'aller plus loin
Sur le chemin incertain
De ta mise en oeuvre
.


6 décembre 2015

© Xavier Lainé, décembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire