mardi 12 janvier 2016

Etat chronique de poésie 2682





2682

Que le réveil soit douloureux
N'en empêche le devoir
.
Jour s'en vient
Petit goût amer
D'avoir si longtemps causé
Sans que parole soit audible
.
Il te faut le mur
Où te cogner
Pour ouvrir les yeux
Sur ta douleur
.
Que le réveil soit pénible
N'en empêche le devoir
.
Qu'importe le jour ou la nuit
Qu'importe l'heure
La page t'attends
Tandis qu'au dehors soupirent
Les nostalgiques d'un temps de lutte
.
C'est question de fond
Qu'il te faut te poser
A l'heure des mécomptes
Des retours de bâton
Sur ton échine trop courbée
.
Que le réveil soit craintif
N'en empêche le devoir
.
Les yeux ouverts avance
Saisit ta chance de lumière
Où tant alimentent la flamme
Au foyer de nos hivers
Dépose ton obole de braise
.
A trop attendre
Ton réveil n'en sera que plus amer
Il est l'heure depuis si longtemps
Il est l'heure dès maintenant
Sans agiter en la plaie
Le couteau de tes culpabilités
.
Eveillé il est l'heure d'avancer
.


3 octobre 2015

© Xavier Lainé, décembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire