mercredi 6 janvier 2016

Etat chronique de poésie 2676





2676

Barber: Violin Concerto, Opus 14 - II. Andante
.


.

Parfois m'arrêter
Porter regard vers la fenêtre
Pour mesurer encore
Ce que de nuit demeure

L'aube arrive en retard
Sur les épaules d'automne
Feuilles rousses frémissent
Sous la caresse tendre
D'un zéphyr attentif

Parfois m'arrêter
Porter regard vers la fenêtre
Ne plus très bien savoir
De quelle saison border
L'aurore des mots

Ils débordent insoumis
Sur les rives obsédantes
D'un temps suspendu
Parfois m'arrête donc
Soupire après repos

D'un rire j'envoie promener
Les chagrins pesant et
Les larmes coulées au large
Parfois m'arrête sur la rive
Où s'avance la lente marée

*

Que m'importent
Grises nuées
.
Ce qui se trame
En dedans
Lorsque soleil défait
Vont les cauchemar
.
Y aurait-il encore
Digues et remparts
Capables d'éviter le pire
Dites-moi
.


27 septembre 2015

© Xavier Lainé, décembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire