samedi 2 janvier 2016

Etat Chronique de poésie 2672





2672

Un colosse aux pieds d'argile
Entre en facéties matinale
Dépité tu contemples
La page où se sont effacé
Tous les mots lentement élaborés
D'aube en aurore
Longs mois de fines traces
Qu'un vent informatique
Est venu enterrer
.
Qu'importent les souvenirs
Il te reste à reprendre
Dans le fil de l'instant
La lente couture des cicatrices
Laissées à même les pages
Et recoudre un à un
Le tissu des pensées
.
Tu tentes une dernière pirouette
Observes les pages défiler
Qui renouent avec l'encre
Tandis qu'au dehors
Le jour s'étire
En un diadème de rosée

*

N'en fait jamais le tour
N'en suis jamais
Ou si peu
De ces festives présences
De ces disputes
Où matraques et boucliers
Viennent rentrer dans la gorge
Les clameurs de protestation
.
Voyageur immobile
En l'âge plongé
Ne marche plus
A ce pas élastique
Courant sous lacrymogènes
N'y trouvant nul plaisir
A l'heure de construire
Le monde rêvé
.
Suis de celles et ceux
Que si souvent critique
.


23 septembre 2015

© Xavier Lainé, décembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire