mercredi 30 décembre 2015

Etat chronique de poésie 2670





2670

Il me faudrait planter
Autant d'arbres que de jours sans paix
Autant de mots que d'enfants errant
Au hasard des mers
Sur l'océan des violences
.
Il me faudrait semer
Autant de fleurs que de cœurs
Brisés de n'avoir pu aimer
La vie et l'azur délicat
.
Qu'un jour d'automne s'en vienne
Racines vont en la terre retournée
Se donner la main
En soulever la joie
.
Il me faudrait arroser
En chaque enfant qui sommeille
Petites parcelles de bonheur
A cultiver sans limites
.
Ouvrez donc les yeux
Et chantez sous l'ombrage
Un jour c'est bien
Qui se tisse de paix
.
Chaque jour en appelle
Un autre
Puis un autre

*

Epargnez-moi de cette mâle assurance
Qui fait d'un drapeau une insigne vengeance
.
Epargnez-moi de salir un peu plus
Les symboles foulés au pied
Lorsque marchands d'armes
Au nom de trois couleurs
S'en vont de par le monde
Semer le trouble et la douleur
.
Epargnez-moi de cette mâle assurance
Qui ferait d'un drapeau un signe de vengeance
.
Mon voisin marocain pleure sur son coran bafoué
Un drapeau serait encore enfoncer le clou de son désespoir
.


21 septembre 2015

© Xavier Lainé, décembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire