lundi 21 décembre 2015

Etat chronique de poésie 2662





2662

Certains vont avec compassion
Célébrer les morts à la guerre
« La grande » qu'ils disent
Comme s'il y en avait des petites
.
Les pauvres cons de mort pour rien
Pour rien d'autres que profit de quelques-uns
S'en retournent dans leur tombe étroite
Balle non perdue entre les côtes
Pour les empêcher d'en rire
.
« Quelle connerie que la guerre »
Quelle pitrerie que de la célébrer
Mine compassée sur cerveau qui n'en pense rien
Et demain ils iront signer les décrets
De vente d'armes aux assassins du siècle
.
Les pauvres cons de mort pour rien
En seront pour leurs frais
Leur tribut allant croissant en ce conflit continu
Que puissants alimentent de leur bois depuis la nuit des temps
.
Car c'est de nuit et de sang qu'ils se repaissent sans cesse
Les bonimenteurs de pouvoirs
Les corrupteurs d'humanité
Fermant la porte sur nos ententes
Au nez de nos fous espoirs
Où l'amour est aux abonnés
Quand ils n'en savent traître mot
.
Peut-être m'en voudrez-vous
De ne point participer à cette comédie
Les morts d'aujourd'hui méritent
Bien plus grande célébration
Aux cimetières marins où ils séjournent
Tandis que vous dressez des murs
A vos frontières sans importance
.
Et si j'étais plus proche
Des rives où s'échouent les suicidés
D'une guerre qui ne dit pas son nom
J'irais jeter une fleur
En la vague de colère qui tarde
Jetant par dessus bord
Indignes célébrations
.


13 septembre 2015

© Xavier Lainé, novembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire