dimanche 20 décembre 2015

Etat chronique de poésie 2661





2661

Tu suis les parcours souterrains
Frontale allumée
Pour conjurer les noirceurs du temps
.
De-ci de-là
Vont les comptables du trésor
Gardiens assermentés
Du temple de granit
Où roupillent sinistres adorateurs
Des bourses replètes
Qui jamais n'éjaculent
Sinon pour éructer leurs ordres
Et faire marcher au pas les peuples
.
Tu suis les parcours souterrains
Frontale allumée
Pour conjurer les noirceurs du temps
.
Une fleur à la main
Tu montes les marches
D'un Panthéon désert
Désormais qu'en souillures
Sont allés se répandre
Les bonimenteurs d'or
Ils vont d'affront en corruptions
Serpentent aux rives glauques
Où se négocient les armes
A confier aux assassins
.
Tu suis les parcours souterrains
Frontale allumée
Pour conjurer les noirceurs du temps
.
Puis vogue ta galère
Seul rameur à bord
Blasphémant tous les dieux
Qui tripotent à fond de cale
Eructent leurs dogmes
Jettent les boussoles
Affolent le gouvernail
Puis s'en vont ventre rond
Portés de mains sanglantes
Encenser les aveuglés
En longs cortèges stupides
Cupides marchant à leurs bottes
.


12 septembre 2015

© Xavier Lainé, novembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire