samedi 19 décembre 2015

Etat chronique de poésie 2660





2660

A l'heure des coups d'état de la finance
Ne jamais oublier qu'un triste de jour de septembre
La bande de Chicago versa le sang des innocents
Pour accomplir ce que ses oracles tenaient pour vrai
.
Voici que les mêmes se tiennent au sommet
Bien au-dessus de nos volontés électorales
Préservés par ceux en qui nous avions mal placé
Une confiance qui n'était de pas de mise
.
Les mêmes fomentent d'autres exactions
En leurs palais tapissés de billets vert-de-gris
Défont ce que peuple désire et obtient
De haute lutte et au prix fort de vies et libertés
.
Les mêmes ruinent les espérances grecques
Il leur faut tristes défaites pour assouvir leur soif
De puissance et de gloire au fond des coffres sordides
Où ils baignent leur cynisme en royaumes corrompus
.
Mon onze septembre est d'ardent souvenir
De lutte et d'espérance tissées entre les mots
De mains tendues et de larmes versées
Pour ne jamais ramper devant les maîtres
D'un monde sans âme d'où l'Homme est exclu

*

Tu sais
J'voudrais
Savoir m'évader
De cette prison sans barreaux
.
J'voudrais
Pouvoir
Subtiliser
Ta beauté
Pour un instant suspendu
Aux lèvres fraîches
D'un automne doré
.
Tu sais
J'voudrais
...


11 septembre 2015

© Xavier Lainé, novembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire