mercredi 16 décembre 2015

Etat chronique de poésie 2657





2657

Tire
Tire donc
Sur la corde des fatigues

*

Ce que tu vois de la chute
Déclinée en corps meurtris
.
Ce que tu vois de la chute
Ce que tu vois de la soif
Soif de vivre
Soif de bien vivre
.
Partout montent les sirènes
Du bien être
Pour les chanceux
Du bien avoir
.
Tu regardes la lente descente
Aux enfers d'un monde sans
Sans qualité ni respect
Sans revenu digne
Sans un sou de reconnaissance
.
Ce que tu vois de volonté
Entre deux maux
Entre deux mots
Qui disent la faim
.
Tu voudrais savoir
Comment encore ouvrir ta porte
A tous ces exils
Du dedans et du dehors
.
Tu vas d'un pas discret
Aux ruelles obscures d'un temps déjà mort
Décliner ta propre responsabilité
Ton désir d'être secourable
En territoire sans partage


*

A l'orée des crépuscules
Tu tentes l'impossible mise en œuvre
Larguer tes rafales de mots
Comme balises d'un temps meilleur
.
Rien n'est simple et pourtant
.


8 septembre 2015

© Xavier Lainé, novembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire