jeudi 10 décembre 2015

Etat chronique de poésie 2651





2651

J'ai cassé la glace des soupirs
Affranchi le cœur du poids
Des barreaux qui l'emprisonnent
.
Tu apparais et disparais
Ne dis pas un mot
.
Te voilà réduite
A l'état de fantôme
Errant sur la toile insipide
Où les songes sont plus beaux


*


Un écueil tranchant
Ouvre la voie d'eau de tes attentes

*


Tant déçu de ce que ce monde offre
Tu cherches
Tournant le dos
Un autre chemin dans les brumes

*

Voyager te met à vif
Si peu tu sors
Si peu te jettes
Hors les murs
.
Un ciel d'azur succède
Aux noirs desseins
Des nuées pesantes
Un froid se répand
Entre deux bancs de brumes
.
Une beauté assoupie
Sur le siège d'en face
Décline ses rêves
Au rythme des boggies
.
L'or gagne lentement
Se glisse au long des avenues
Plus loin s'esquissent
Les œuvres délicates
Ciselées de gelées
.
Tu exhale dès l'aurore
Frêles poésies sans avenir
Pour ne point céder à la monotonie


.
2 septembre 2015


© Xavier Lainé, novembre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire