samedi 7 novembre 2015

Etat chronique de poésie 2636





2636

Echoué
Le blanc de sable de tes idées
Quille du poème plantée
Au droit fil de tes naufrages
.
Puis tu surnages
Secret et anonyme
En la vague des absences
.
Tes soupirs se font vent
Dans les voiles affalées
Parmi mats brisés
D'avoir trop vécu
.
Ne te restent que fragments
De tes illusions longtemps maintenues
Entre deux eaux de rêve
Au lagon de tes espérances

*

Te voici toujours seul
Lorsque tout se détraque
En ce monde dont tu n'es pas
.
Quel fut ton séjour
Toi dont la vie abordait
Au môle radieux
.
Rien ne laissait présager l'écueil
Où n'était que blancheur immaculée
Posée à même le sable
.
Un instant tu avais cru
Pouvoir préserver
Ce fragment d'enfance

*

Mais voilà qu'en cette heure
Solitaire en cette ville inconnue
Tu attends que porte s'ouvre
Où tu étais invité
.
Jouet entre d'autres mains
Tu fulmines un instant
Juste avant de tourner le dos
Aux mésaventures
Où se complaisent les sots
.


18 août 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire