mercredi 4 novembre 2015

Etat chronique de poésie 2633





2633

Y aurait-il en ces lieux
Moindre signe de salutaire révolte
.
Que nenni
Tout est calme
Rien à signaler
Sur le front des tempêtes
.
Elles se produisent toujours ailleurs
Et chacun s'imagine y échapper

*

J'ai tant attendu
Tapi dans l'ombre
Qu'arrive le doux zéphyr
D'une tendresse pure
.
J'ai tant rêvé
Sous l'oeil complice
Des galaxies étoilées
L'instant fugace
Où tout oublier
Des ravages de ce temps
.
Me suis penché sur l'onde
Ton visage y brillait de mille feux
Ai déposé mes lèvres
Au fil du courant glacé
.
Voici qu'à doigts tendres
Tu m'emportes et m'étreints
Je suis l'onde qui est tienne
Entre deux eaux nos cœurs brillent
.
Je me noie
En tes soupirs de jade
Brillant au ciel nu
Où courent nos espérances

*

C'est juste parenthèse que tu ouvres
Au crépuscule des jours sans joies
Tu te laisses bercer
Entre les bras de ta belle
Et te voici pour un instant
Serein et apaisé
Rassasié d'un baiser
.


15 août 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire