mercredi 28 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2626





2626

Tu guettes d'un œil inquiet
Le coup de pied de l'âne
.
Il vient
Il arrive
Il te botte le train
Te bouscule et te culbute
.
Te voilà
Sans dessus dessous
Un peu hagard
Sous les mauvais coups

*

L'enfant dans sa juste colère
T'emporte en son tumulte
.
Ô comme tu avais rêvé
De lui offrir autre chose
.
Mais quoi offrir
Lorsque monde lui met
A portée de main
Plus que tout
.
Et te le rend
Moins que rien

*

Regard lourd
Lorsque tu pousses la porte
L'enfant sauvé du naufrage
Porte haine et crainte
Et tu ne sais
Que dire qui soient mots
Capables de réconciliation
.
Trop
Trop
Te voilà poids aux épaules
Incapable d'agir
En ta propre demeure
.
Au dehors roulent
Larges nuées noires
Que vent ne sait défaire
Sur tes sentiers douteux
.


8 août 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire