mardi 27 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2625





2625

Gris dehors vague dedans
Matins s'écoulent
Ne cessent de se ressembler
.
Un peu désarticulé
Tu ouvres ta fenêtre
Puis rien ne vient
Sinon toujours
La vague et le ressac
.
Navire à quai
Désormais sans hunier
Sans gouvernail ni voiles
Affalé tu soupires

*

Affalé
C'est le mot
Comme voiles sans consistance
.
Affalé
Tant chaque jour te trouve
Galérien d'un temps sans âme
.
Affalé
Sur le banc de nage
Où tes rames dorment
.
Affalé sous la vague
Tu rêves de noyade
Sous l'avalanche sournoise
De formulaires et questionnaires
.
Justifier de ci
Justifier de ça
Tenir compte
Prouver que tu es honnête
Tandis que malhonnêtes pérorent
Sur toutes les ondes
Plastronnent sous les ors
De nos défaites silencieuses
.
Affalé sous la charge
Bourrique du passé
Rêves éparpillés dans les buissons
Tu guettes d'un œil inquiet
.


7 août 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire