jeudi 22 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2620





2620

Ils ne sont pas syriens
Ils ne sont pas kurdes
.
Et dans l'affolement
D'une émotion médiatique
Les lèvres de fiel
Politiquement correcte
Nous feraient presque oublier
La discrimination qui se poursuit
.
Ils ne sont pas réfugiés
Ils ne sont pas "migrants"
.
Et dans l'engouement de nos villes
Pour le sort des non encore noyés
On pourrait presque croire
En leur inexistence
Pendant que leurs camps
Sont toujours objet de vindicte
.
Saurions-nous accueillir
Tout ce qui bouge et s'émeut
Tout ce qui vibre
Dans un regard humain
.
A fixer un nombre
Avant d'ouvrir les portes
C'est l'ombre d'un choix
Qui cache la mauvaise foi
.
Ils sont syriens ou kurdes
Ils sont africains ou érythréens
Ils sont tibétains et roms
Ils ont tous droit au même regard
Tous droit à la même vie
Dont la nôtre se repaît
A oublier le battement d'un cœur

*

A chaque être brisé
A chaque vie broyée
C'est un plomb de plus
Dans l'aile de tes rêves
.
Parfois donc
Ton pas se fait trop lourd
.


2 août 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire