mardi 20 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2618





2618

C'était bien avant
Et je n'ai pas assez dit
Ni fait
.
Mais voilà que matin
Cherche comment
Entend le silence
Me dit qu'il n'est pas besoin
De cris et de discours
Pour ouvrir ma porte
.
C'était bien avant
Et je n'ai pas assez dit
Ni fait
.
Que m'importent vos larmes
Vos issues mi-ouvertes
Mi-fermées
Entre deux rangées
De barbelés
J'voudrais te prendre
Toi l'enfant échoué
Entre mes bras honteux
.
Puisque
Bien avant
Je n'ai pas assez dit
Ni fait

*

Car c'est d'exil que nous parlons
Avec cortèges de peines
.
Chagrins de tout quitter
De tourner la page d'une vie non désirée
Pas que désirs n'accompagnent
La violence qui précède la fuite
.
Pas plus n'en faut
Pour que d'un baluchon crasseux
Pour tout souvenir
Tu reprennes la marche interrompue
Qui nous fit devenir Hommes
Tandis qu'entre les murs
Rejaillit la bête
Aveugle et sourde
.


31 juillet 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire