samedi 17 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2615





2615

Pluie
Pluie sur les échines éperdues
Glissées sous les barbelés de la honte
.
On rentre
Mais te voilà bien piteux
De n'avoir pu offrir
A tes enfants qui ne demandaient rien
Le rêve d'une parenthèse
Qui sache se faire vacance
Entre deux moments
Deux rives
.
Il pleut sur tes pensées
Tes rêves peu à peu pourrissent
Par la racine
A trop tremper
Dans ce flot de larmes
.
Tu aimerais pourtant
Tu aimerais
Tu aimes
.
Ce n'est désormais même plus
Baume sur la plaie de vivre
Chacun et chacune entre
Et ici s'écroulent
Sous le joug des incompréhensions
Des méconnaissances
.
Chacune et chacun aspire
A devenir autre
Juste un peu reconnu pour ce qu'il est
Mais toujours se dresse le mur
Les propos de la honte
Qui toujours rabaissent
Epuisent et frappent
.
A doigts attentifs
Tu tentes un lent redressement
Qui s'effondre aussitôt
Lorsque la porte de sortie
Se profile à l'horizon du crépuscule
.
Il pleut
.


28 juillet 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire