vendredi 16 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2614





2614

Tu lis le Théorème du perroquet
Par exemple
Denis Guedj te prend par la main
Et quand tu dors
Tu rêves qu'enfin un professeur de mathématique
T'inviterait ainsi à comprendre quelque chose
A ce que tu n'as jamais compris plus tôt
Mais c'est peut-être trop tard

*

N'ai sans doute eu
Que perroquets
Et donc rien compris
Aux formules recrachées
Sans lien aucun
Avec ce qui est d'histoire
Et de pensée
.
Je lis et j'écris
Pourrais très bien faire
L'un sans l'autre
Ou l'autre sans l'un
Mais non, il faut les deux
Comme je marche sur mes deux jambes
.
De pages lues en pages écrites
Ce n'est au fond que commun partage

*

Et tandis que tu réfléchis
Tant d'autres te regarderont
Comme bon bourgeois établi
Avec tes préoccupation de bourgeois
.
Elle a raison Nathalie
On ne peut pas parler
De la pauvreté sans en être

*

Histoire d'oublier un peu
Me voici sur les pas de Hideyoshi
Seigneur autoproclamé d'un Japon perdu
Parti de rien pour arriver nulle part
Par ruse
Rien que par ruse
L'unité d'un pays
Ne se fait pas dans les consciences
Mais sur l'essence des profits
.


27 juillet 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire