mercredi 14 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2612





2612

Mais si nous nous croisions dans la rue
Nous serions deux inconnus
Deux inconnus dont l'un en sait plus
Car il lit Nathalie
Et pour une fois tombe d'accord
Faut qu'écrire dise quelque chose
Quelque chose du monde
Tel qu'il ne va pas
.
Rien que pour voir je lis et m'émerveille
Elle a raison mais sa plume
Ha
Sa plume
Elle glisse sur le papier Nathalie
Sa plume
Parfois la lisant
Me dit que pas facile
Nathalie
Que je lis
Et relis la même phrase
Pour être bien certain d'avoir compris
Le sens de sa plume
.
Et elle a raison
Qui lit de la littérature aujourd'hui
Que la littérature a disparu du marché
Marché du livre s'entend
Où s'affairent comme c'est leur rôle
Les financiers qui les contrôlent
Z'avez votre billet pour le rêve
Sinon vous règlerez l'amende
Lire ne doit pas vous détourner
Des voies de la consommation
.
Voie ténébreuse
Où Nathalie plante son épieu de mots
Comme je plante le mien
Dans le pied de ce monde
Pour que surtout
Surtout il cesse de marcher droit
.
Mais si je la croise
Elle ne me connaîtra pas
Moi non plus
Du moins pas sa figure ou sa démarche
.


25 juillet 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire