dimanche 11 octobre 2015

Etat chronique de poésie 2609





2609

Alfred Schnittke: Labyrinths (1971)
.


.

Enfermés au labyrinthe
A quel fil accrocher toute logique
Ne sais
Ne sais
.
Pourtant vivant
Au labyrinthe d'un monde clôt
Sais quel Minotaure
Attend tout au fond
Prompt à dévorer ton âme
Esprit vendu au plus offrant
.
Enfermés au labyrinthe
A quel fil accrocher toute logique
Ne sais
Ne sais
.
Toujours te retourne
Au noir d'un temps perdu
Cherche à mains nues
La preuve de n'être égaré
Qui toujours se dérobe
Toujours se dérobe
.
Enfermés au labyrinthe
A quel fil accrocher toute logique
Ne sais
Ne sais
.
Peut-être plusieurs
Sont nos prisons intérieures
Sans fenêtres et sans portes
Nous voici murés
Ne sachant qui de soi ou de l'autre
Existe encore
.
Enfermés au labyrinthe
A quel fil accrocher toute logique
Ne sais
Ne sais
Ne saurai jamais
.


22 juillet 2015

© Xavier Lainé, octobre 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire