jeudi 24 septembre 2015

Etat chronique de poésie 2603





2603

Tu as tant soupiré
Penché sur tes bosquets
Dans l'espoir d'y trouver
Divine nymphe endormie
.
Que vie te paraît insipide
Lorsque la quête se fait
Sourde à tes profonds désirs

*

Mais voilà que bien sûr
Tu distingues le beau
Sous le voile pesant
De ce monde fermé
.
Tu écris
Mais c'est pour chercher
Ta délivrance
Lime prompte
A scier les barreaux
De tes prisons intérieures

*

Tu poses chaque matin
L'équation des rêves
Sur le tableau noir
De tes nuits d'insomnies
.
D'un regard tu interroges le ciel
Cherches en vain une réponse
Où ne se trouve qu'ébauche
.
Que le sentier et dru et étroit
Qui saurait t'ouvrir d'autres portes
Libres et libérées
De ces verrous rouillés
Qui te murent en tes angoisses

*

Dès lors va cherchant petite idée
A planter en tes plate-bandes
Qui puisse faire germer
Les plantes de la révolte
.
Car tu te réveilles
Avec goût de lassitude
Lorsque rien ne bouge
Devant les crimes répétés
.


16 juillet 2015

© Xavier Lainé, août 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire