lundi 21 septembre 2015

Etat chronique de poésie 2600





2600

Un jour ce sera toi
Peut-être
Ventre gonflé sur une plage
.
Un jour tu en seras
Sois-en certain
Et nul photographe
Ne viendra prendre ta dépouille
Pour la répandre sur les ondes
Soulevant cris d'orfraie
.
Les bien pensants bien sûr
Vont de leurs mots de certitude
Marteler leur indignation
Puis s'en iront voter
Pour les mêmes criminels
.
Un jour ce sera toi
Pitance hideuse
Qui flottera entre deux eaux
Comme tu auras vécu
Le cul entre deux chaises
Profitant du système
Tout en le vouant au gémonies
.
Quelque chose est rouillé
Dans tes forces de réactions
Tu aurais du depuis longtemps
D'un coup de colère
Virer l'engeance prometteuse
Qui tisse en sous-main
Le couperet des misères
.
Qu'importent donc tes vains mots
Tes vingts mots ou plus
Qui tomberont impuissants
En la léthargie d'un temps aveugle
Et sourd à tous les cris
Sourd à toutes tes révoltes

*

Un jour tu viendras
Poussé par les courants
Déposer ta colère pourrie
Sur les plages où d'autres
Se prélassent en vacances d'infamies
.


13 juillet 2015

© Xavier Lainé, août 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire