dimanche 20 septembre 2015

Etat chronique de poésie 2599





2599

Katerina Papadopoulou « Thalassa lypisou » (L'Arpeggiata)
.


.

Car sous le joug sommes tous condamnés
Aux travaux forcés d'une perpétuelle soumission
A courber l'échine devant les rois d'un temps aveuglé
Baisé tu iras pleurer tes amours toujours en berne
De ne savoir vivre autrement que soumis
Puisque c'est ainsi qu'ils te veulent rampant

*

Juste une échappée
Un pas de côté
Devant la même toile de fond
Mais tournant le dos
Suivre le sentier étroit
S'élever jusqu'aux cimes
Pour ne plus redescendre
Regarder
Regarder les fous tracas
Les ensorcellements
Tirer sur la corde
Dénouer l'écheveau
Des idées déplacées
.
Juste une échappée
Un pas de côté
Pour ne pas sombrer
Ne rien croire
Ne rien accepter
Sinon la lumière
Et la danse folle
Livrée entre nuit et jour
Pour ne pas choir
Ne pas déchoir
Ouvrir portes à la vie
Jouer le juste jeu
Et respirer enfin

*

Car tu ne peux vivre
Dans la seule attente
Dans le seul ravissement
De ta propre existence
Puisqu'on meurt
Devant ta porte
.


11 - 12 juillet 2015

© Xavier Lainé, août 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire