mercredi 16 septembre 2015

Etat chronique de poésie 2595





2595

Λιλήθ - Νένα Βενετσάνου
.


.

Je reviens à mes racines
Et chaque jour un peu plus
Me voici grec
.
Devant le triste spectacle
La débâcle d'un Europe perdue
Me voici grec
.
Aux discours creux
Des impuissants alignés
Je l'affirme
Je suis grec
.
Et si quelque stupide
Vient avec ses chars
Tenter encore d'effacer
L'origine de nos pensées
Je soutiens encore
Je suis grec
.
A vos lois d'économie sèche
J'oppose la douce poésie des anciens
La mémoire à vos tables rases
Où ne se vautrent que sombres crétins
Je suis grec
.
Je reviens à mes racines
Mes yeux se glissent entre deux îles
Sur les pas de Sophocle et d'Homère
Je marche sur l'agora
Sur les pas de Platon et Aristote
Je suis grec
.
Et vous pâles figures
D'un monde qui ne sait que compter
Vous n'êtes que maigres ombres
Dans le sillage d'un univers mortel
Tandis que sous le Parthénon
Vont les immortels
.
Je suis grec
.


8 juillet 2015

© Xavier Lainé, août 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire