vendredi 4 septembre 2015

Etat chronique de poésie 2583





2583

Puisque été s'installe
Qu'il autorise peu à peu
Cet air de liberté
Laissant entrevoir
Ineffables beautés
.
Puisque sous la voie lactée
Nous irons d'un pas allègre
Chanter et danser
Tandis qu'en bas on se tue
.
Nous quitterons ce cauchemar
Nous aborderons en des îles de rêve
Où déposer notre fardeau d'amertume

*

Puisqu'été nous y invite
Nous plongerons dans la vague
Boirons aux sources d'eau fraîche
Puisant à mains nues
Dans nos réserves d'utopies
De quoi bâtir l'abri de nos amours
.
Ivres de cette jeunesse nouvelle
De cette sève inépuisable
Nous tisserons dans le silence
Le doux cocon où embrasser
Les lèvres adorables
D'un temps avenant

*

Tu seras là
Sereine et souveraine
Un léger sourire aux lèvres
Regardant dans l'azur
Le vol des colombes
.
Elles viendront tôt matin
Roucouler sur nos têtes
Délivrant dans la brume
Leurs longues complaintes
D'espoir et de vie
.
Regardes
De l'aube au crépuscule
Nous borderons de lumière
Le temps délicat suspendu
.


26 juin 2015

© Xavier Lainé, août 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire