mardi 1 septembre 2015

Etat chronique de poésie 2580





2580

Jacques BERTIN Menace / Album Domaine de Joie (1977)
.


.

Lorsque tu te réveilles trop tard
Que lutter est devenu un luxe
Une fois le rouleau conformiste
Abattu sur tes épaules de soumission
.
Lorsque là-bas désormais tout est perdu
Sous le joug absurde des triomphants
Mufle fermé sur la proie de fric et de pouvoir
Te retourner sur tes larmes est vain
.
C'est à chaque heure que sonne le réveil
Le nécessaire réveil capable de te sauver
Du pire qui s'en vient rampant sous la table
Où ne se négocie plus rien sous les poings
.
Il ne te reste rien une fois assouvies
Les stupides soifs d'un temps aveuglé
Où tu attendais en vaines illusions
Que se déroule tapis rouge devant tes rêves
.
Bientôt ils seront là devant ta porte
A veiller que tu aies bien pris tes comprimés
Excluant le temps perdu en écrits d'utopies
Tu seras déjà mort avant même d'avoir vécu

*

Délice matinal
Un café
Le stylo sur la page
Un regard sur plaisir
Entrevu dans un bouquet
Mais voilà l'heure qui tourne
Avec regret

*

Voilà qu'à plume sèche
Tu scarifies la page de tes rêves
Ecrire n'est plus que seconde volée
Au cadran d'une montre implacable
.
Hagard tu erres d'heure en heure
Ne sachant plus qui tu es
Ni quelle phrase arracher aux griffes du silence
.


23 juin 2015

© Xavier Lainé, août 2015, tous droits réservés

2 commentaires:

  1. Scarifier la page des rêves, j aurais aimē l écrire cher poète.
    Dans l entonnoir des mots s affine les idées pour coucher sur la page blanche humeurs et verbes choisis. Les émotions s ébattent, les sentiments se débattent et la vérité se met à nu toute seule sous l œil amusė des étoiles.
    Camille

    RépondreSupprimer