samedi 29 août 2015

Etat chronique de poésie 2577





2577

Jan Garbarek, Mari Boine, Evening Land
.


.

De si loin
A l'écoute de la beauté
Oublier
.
Evadé
Tu arpentes
Les terres solitaires
Les cimes imaginaires
.
T'absentes
T'évapores
Aux aurores délicates
Où frais s'en vient
Poser sur ton front
Ephémère attention

*

Un matin tu te lèves
Dessine sur les nuées
Folles galaxies
Où cœurs vont se croisant
Dans une symphonie heureuse
.
Il t'en faut
De ces aurores
De ces délicates brumes
Posées sur des veilles d'été
.
Tu écris un printemps permanent
Où les mots ne seraient pas simples traces
Aussi vite oubliées que funestes paroles
.
Tu écris pour ouvrir un chemin
Lever les ultimes barrières
Eveiller les cœurs purs

*

Ici et là dansent quelques papillons
Dans la lumière hâtive
D'un crépuscule perdu
.
La foule au loin vocifère
Et toi tu restes coi
.


20 juin 2015

© Xavier Lainé, juillet 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire