jeudi 27 août 2015

Etat chronique de poésie 2575





2575

Parfois te faut vivre au gourdin
Avancer comme un âne
Plié sous le fardeau
.
N'est aucun doux zéphyr
Pour soutenir ta démarche
Où s'épuisent tes rêves
.
La page reste blanche
Où ton haleine se fait rêche
Au détour des sentiers pierreux
.
Tu trébuches sous le poids
Baisse la tête et t'obstines
Parfois t'arrêtes d'un coup sec
.
Aucun fouet en cet instant
Ne saurait te faire avancer
Où la poussière te harcèle

*

Jamais un jour ne sait
Se mettre en œuvre légère
Toujours tu plies
Sous le poids de vivre
.
Il n'est aucun paradis
Qui sache éveiller ta plume
Où se déchire ta vie
Sur les récifs aigus
.
Tu sais le naufrage proche
Pose tes oeillères
Pour ne voir que l'étroit sentier
Où ton pas chancelle
.
Ô comme tes songes sont loin
Eux qui un temps te guidaient
Vers un monde avenant
Où tendresse se tenait
A la proue de ton avenir

*

Depuis tu veilles
Observes divines étoiles
En ton ciel sans envergure
L'horizon se fait noir
.


18 juin 2015

© Xavier Lainé, juillet 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire