mardi 25 août 2015

Etat chronique de poésie 2573





2573

Bercé d'illusions
Tu avances dans la vie
Sans rien voir de tes absurdes rêves
.
Toujours te cognes
Aux murs par toi-même dressés

*

Chaque jour qui passe
Tu navigues au jugé
Parfois même aux préjugés
.
Jamais ne mesures
Le tort et les blessures
Tu vas
.
Tu vas en aveugle
Si fier de tes bonnes raisons
Que rien ne viendrait contrarier
Le cours borgne de tes rêves sans fin

*

Où s'arrête ton innocence
En quels jeux sournois vacilles-tu
N'en sais rien et méprise
.
Que femme soit soumise
Au fond t'indiffère
Tu vas en ta dictature
Lui imposer ton chemin
.
Mais tiens tout autre discours

*

Tu soulignes d'un doigt rageur
Toutes les contradictions de ce temps
Jamais ne regardes
Ton propre grand écart
.
Ta raison
Serait dominante
Au pays pauvre
De tes rêves éblouis
.
Toujours tu remarques
Chez l'autre le travers
Jamais ne dis un mot
De tes propres entorses
.


16 juin 2015

© Xavier Lainé, juillet 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire