mercredi 12 août 2015

Etat chronique de poésie 2560





2560

Respighi - The Birds
.


.

Ô compagnons des matins calmes
Petites tendresses cachées
Aux nids douillets des feuillages
.
Compagnons des matins calmes
Qui saluez le jour en grand concert
Bien avant que n'avance sa lumière
.
Ô compagnons des matins sereins
Qui allez en doux vols ouvrir la porte
Aux séjours indécis sur ces rives
.
Compagnons des matins sereins
Qui amorcez le temps et sa course
A l'heure du café et de la plume
.
Ô compagnons des matins médités
En l'antre des mots lentement macérés
A l'alcool fort de vivre lorsque tout vacille
.
Compagnons des matins médités
Ailes tremblantes sur l'instant chagrin
L'ultime hésitation d'aller où tout recule

*

Car au fond jamais seul
Dès lors qu'en plume déguisé
J'avance dans l'aube délicate
.
Vous me regardez
Si nombreux tout à coup
Sans que je comprenne bien
Ce que votre attention me réserve
.
En quels mots plongez-vous
Comment vous parviennent-ils
Quel usage pourriez-vous en faire
Voilà où se trouve mon point d'interrogation
.
Chaque jour je pousse les murs du temps
Saisis avec ardeur la plume qui me chagrine
Les mots qui me bouleversent
.


3 juin 2015

© Xavier Lainé, juillet 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire