mercredi 5 août 2015

Etat chronique de poésie 2553





2553

Martha Argerich Schumann - Kinderszenen (Scenes from Childhood) Op. 15
.


.

Mon enfant plein de larmes
Mon enfant aux amitiés perdues
Si seul mon enfant en ta tête
Si seul de n'être pas comme
Mon enfant curieux de tout
Mon enfant prêt à en découdre
Pour tes pensées mon enfant
Plus que pour ta force mon enfant
Mon enfant presque immense
Mon enfant de taille et d'esprit
Qui touche le ciel mon enfant
Pourtant deux pieds sur terre
Mon enfant qui réfléchit et pleure
Mon enfant qui joue et se moque
Triste de ne savoir l'autodérision
Avec humour mon enfant rit
Mon enfant rentré le soir coeur
En berne de n'avoir pas su rester
De marbre mon enfant devant
L'injure et la force de l'autre
Mon enfant éperdu en ce monde
Si bête mon enfant qui ne sait
De quoi retourne la violence gratuite
Mon enfant plein de larmes
En pleurs sur tes amitiés perdues
Et ton coeur éperdu mon enfant
D'être si peu de ce monde
Mon enfant si peu et si trop

Mon enfant plein de larmes
Mon enfant si grand et si petit
N'ai point assez de mots matins
Point assez de mots mutins
A faire sonner sur l'oreiller humide
De tes doutes majeurs mon enfant

*

C'est dur d'être enfant en ce monde
Dur d'être objet et appât
D'un monstre invisible
Qui invite et serine aux oreilles naïves
Insatiables désirs
.


27 mai 2015

© Xavier Lainé, juillet 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire