mardi 4 août 2015

Etat chronique de poésie 2552





2552

Per Nørgård: Sinfonia n.3 (1972/1975)






J'en ai appelé à l'esprit
esprit de mes pensées
radieuses à l'ombre
du noisetier tendre
.
J'en ai appelé à l'esprit
esprit des élébores
vaillantes en la pénombre
où s'épanchent les rêves
.
J'en ai appelé à l'esprit
esprit de mes pivoines
si longues à s'épanouir
en leur robe vite flétrie
.
J'en ai appelé à l'esprit
de mes roses éphémères
douces cuisses de nymphes
émues sous la rosée tendre
.
J'en ai appelé à l'esprit
pour qu'il fleurisse ce temps
où grincent tant de propos
rouillés d'être sans boussole
.
J'en ai appelé à l'esprit
pour qu'en un lieu au moins
s'en viennent d'autres espoirs
entre deux corolles dressées
.
J'en ai appelé à l'esprit
allez savoir s'il m'entends
en ce monde si sourd
qu'il n'entend symphonie d'aurore

*

Le temps libre
Il faut le voler
pour que les vers
s'envolent et franchissent
les frontières des rêves
entre deux bras ouverts
.


26 mai 2015

© Xavier Lainé, juillet 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire