mardi 28 juillet 2015

Etat Chronique de poésie 2545





2545

Sur un Hasapiko, j'ouvrirai les barrières au flot de nos danses. Puisque l'été traînera son jour, jusqu'au crépuscule de vos ennuis, il me faudra peindre le décor, baliser la route pour que vos parachutes d'espérance puissent se poser à l'orée de nos tendres forêts.
.


.

Bien plus sais-tu
Que toutes les raisons
Celle d'espérer
Par dessus les frontières
.
Porte ouverte
Laisse donc entrer
La danse

*

Qu'avons-nous besoin encore
De ces tracés aveugles
De ces cloisons étanches
.
Un ciel se poursuit
Par de là nos langues nouées
Il suffit de quelques mots
Pour libérer les contours
Délier les langues interdites
.
Tant de ciment pour souder nos espoirs
Tant de briques pour construire nos maisons
Où déposer amours libres
.
Qu'avons-nous donc besoin
De ces barbelés hargneux
De ces murs de béton
.
Puisque hommes nous savons
Nos liens plus forts
Que toutes nos différences

*

En ce quelconque monde
Où vont avec arrogance
Les puissants zélés
Les cyniques
En leur lit de corruption
Tout est à entreprendre
.


19 mai 2015

© Xavier Lainé, juin 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire