vendredi 24 juillet 2015

Etat chronique de poésie 2541





2541

A chaque instant sa musique qui génère ses mots. Lorsque Sofia Gubaidulina entre, la magie s'opère et ouvre les vannes, les mots dévalent la pente de l'aurore, « In Tempus Praesens ». L'heure est à écouter... Les mots se promènent au bras des notes, nos soupirs s'accordent à l'humble matin...
.


.

Difficile d'être de ce temps
Difficile d'être d'un autre
.
Dès lors regarde l'heure présente
Etonné d'être assis là
tandis que dehors colère
Et terre font gros dos
.
Difficile d'être de ce temps
Difficile d'être d'un autre
.
Simplement stupéfait
D'être encore là
Une fois toutes défaites
Indigestes mais bues
.
Difficile d'être de ce temps
Difficile d'être d'un autre
.
Trouve refuge encore
En quelque merveilleux rêve
Juste avant qu'il ne soit
A son tour interdit
.
Difficile d'être de ce temps
Difficile d'être d'un autre
.
En ta demeure de mots
Assoupie est l'esquisse
Ouvragée de mille soupirs
Mille cris déchirants
.
Difficile d'être de ce temps
Difficile d'être d'un autre
.


15 mai 2015

© Xavier Lainé, juin 2015, tous droits réservés

1 commentaire: