samedi 11 juillet 2015

Etat chronique de poésie 2528





2528

C'est tout l'art : trouver un langage qui nous soit commun, transcendant les frontières, balayant nos divergences de langues. C'est toit l'art aussi que d'explorer d'autres territoires, découvrir l'infinie variété des espaces créatifs. Me voici donc écrivant sur une musique de Toshio Hosokawa, New Seeds of Contemplation (1986/1995). Mes pensées se font fluides et voguent sur de nouveaux océans.
.

.

En l'état d'errance
Ton esprit retombe
Revient au rythme
Que tes pas lui imposent
.
Muet te voilà
Muet
.
Puisque désormais tu hantes
Les territoires éphémères
Où se reposent tes mots

*

A la recherche du vide
Chaque heure compte
Pour ce qu'elle est
.
Toujours il t'échappe
A l'instant de le saisir
Toujours il s'évanouit
Lorsque tes pensées
En cernent les contours
.
C'est donc quête infinie
Que ce puits d'où jaillissent tes mots

*

C'est à cet instant que
Vide tu attends
L'esprit en écharpe
Le cœur en miettes
D'avoir toujours trop
Trop oeuvré
Trop compté
Trop attendu
.


2 mai 2015

© Xavier Lainé, juin 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire