vendredi 10 juillet 2015

Etat chronique de poésie 2527





2527

Trop perdu de temps
Trop perdu d'heures
A attendre
Mais quoi
.
Qu'un ciel radieux
Berce petits rires enfantins
En doux plaisir
Suspendu aux lèvres du ciel
.
Te voici ému aux larmes
Cueillant le fruit de ta patience
Que rien ne t'interdit plus
De déguster
Pour le seul plaisir d'être là

*

Savez-vous ce qui est
Dans le doux murmure
D'un vent complice de l'oeuvre
.
Tu lances les mots
Comme dés au grand sortilège
L'heure s'épanouit
Lorsque tu vas d'un pas tranquille
Quêter ton repos

*

Une à une élimine les fleurs fanées
Elles durent si peu
Sous l'harassant soleil
.
Loin des rumeurs et des stupeurs
Tu cultives l'art d'un jardin
Où ne poussent que plantes d'utopies
Semées à grands coups de cœur

*

Rien ne vaut cette distance
Malgré fureur de musiques électriques
Sortant des fenêtres voisines
.
Pensent-ils un instant
N'être pas seul sur cette terre
Ceux-là qui t'imposent leurs goûts
.
Il en va du voisinage comme du monde
Qu'en déclinaison de fâcheux tu chancelles
.


1er Mai 2015

© Xavier Lainé, juin 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire