dimanche 5 juillet 2015

Etat chronique de poésie 2522





2522

Parfois besoin d'un ailleurs, et partir à la découverte de ces continents contemporains, où la musique poursuit une route souterraine, peu exposée, malgré les moyens considérables que ce monde déploie pour ne plus rien laisser dans l'ombre. J'écris, donc, sur une musique de Somei Satoh (1947), un compositeur japonais d'origine dont je ne savais rien jusqu'ici. Kyokoku, pour baryton and orchestre, composé en 1991, accompagne les premières lueurs de l'aube...
.

.

Bien avant que ciel ne pâlisse
En rayons d'aurore timides
M'en vais suivre les sentiers
.
Une voix me guide en son mystère
Qui monte des profondeurs
Pleure un instant sur le sort
Triste sort d'être vivant
Où tant meurent au fond des gouffres
.
Bien avant que ciel ne pâlisse
En rayons d'aurore timides
M'en vais suivre le sentier
D'où silence gagne la portée des mots

*

Tes mots
Si maigres traces
Sur la plage
Où s'épuisent
Vagues pensées
.
En quelle clef écrire
Qui nous invite encore
En quelque gracieuse harmonie
.
Combien de bémol
Juste après la serrure
Pour dire le cœur serré
Devant immenses plaies
Sur la peau du monde
Combien d'altérations encore
.


26 avril 2015

© Xavier Lainé, juin 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire