lundi 29 juin 2015

Etat chronique de poésie 2516





2516

Pavé battu de mille pieds usés
D'avoir trop oeuvré sous le joug
Ils rêvent d'un pied de biche
A en défoncer les rues

*

Perdu vois-tu
C'est perdu d'avance
Lorsque mémoire flanche
Au bord du précipice
Où se penche foule
Conditionnée en son mal vivre

*

Qu'importe le brin et les clochettes
Puisque désormais n'est plus
Qu'ennui multiplié
.
Le buste courbé
Vont les êtres sans mémoire
Qui ne savent le sens de l'histoire
Ni qu'ils en sont les acteurs

*

Terre fait le gros dos
Laisse jaillir en laves
Sa colère
.
Toujours plus miséreux trinquent
Sous les coups de boutoir
D'un temps désarticulé

*

Aux tempêtes succèdent les pleurs
Avalanches de mauvaises nouvelles
.
Puits à sec d'avoir trop patienté
Lorsque les temps se faisaient avare
.
C'est d'avarice que se repaissent les tragiques
Errant en couloirs dorés sous les coursives
D'un pouvoir illusoire
*
Mais que feront-ils donc
Les chancres
De leurs richesses immenses
Si mal acquises
.


20 avril 2015 

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire