mardi 23 juin 2015

Etat chronique de poésie 2511





2511

Dans la galerie des faux-culs
Pérorent les couards et les assassins
Mains sanglantes d'avoir tressé
Les couronnes d'épine posées
Sur le front bas de peuple égorgé
Requiem donc requiem

*

L'imposture bat son plein
Elle plane dans les couloirs dorés
Trouve ses ambassadeurs
Largement rémunérés
Sur le dos des peuples
.
L'imposture est normale
En terre de mensonge

*

Ouvrez donc vos yeux
Gens qui vous laissez aveugler
Ne perdez point contrôle
De vos actes et peines
.
Ils vous veulent à genoux
Pleurant sur sort ignoble
Déversent leurs immondices
En vos joies évanouies
.
Ils sont boue eux-mêmes
Les sinistres qui trempent
Au bénitier de leurs austères croyances

*

Dès lors creusant mon sillon de colère
J'irai semer l'ivraie des révoltes
Je me ferai insurgé permanent
Coupable aux yeux du monde
D'en être le fossoyeur
.
Quelque chose se brise en l'écriture
Puisque ténèbres nous gagnent
Chaque jour un peu plus
.
Le grain des mots se meurt
Noyé en des rivières nauséabondes
.
Ce que tue ce monde
.

14 avril 2015

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire