dimanche 14 juin 2015

Etat chronique de poésie 2502





2502

Il n'en restera rien
Une fois la rage passée

*

Il s'en trouve bien sûr pour s'approcher
Qui n'ont pas peur des éclats
Des scories échappées lorsque brûlent
Poèmes et pensées
.
Je suis l'homme d'un temps
Qui ne mérite guère qu'on s'y arrête

*

Je vais de mon pas aviné
Creuser la tombe des rêves
Pour qu'ils contaminent par la racine
Les sources où vous buvez à grandes lampées
L'eau polluée de mes révoltes

*

Ne transiger sur rien
N'accepter aucun compromis
Au risque de vivre hors
Hors sujet d'un monde fermé
.
Suivre le sentier étroit
Qui te rend toujours plus insoumis

*

Tu bois à la source des vents
Te lèves aux aurores
Partages en ces heures de solitude
Les parfums forts
D'une insurrection vécue
.
Car rien ne trouve grâce désormais
Puisque tes luttes pour
Ont été dévoyées en combats contre
.
Puisque l'outre des victoires
Vidée sur l'autel des profits
Te laisse en ces jours pitoyables
Sur ta faim d'humanité

*

Faim ou fin sonnent à l'identique
C'est glas et tocsins qui résonnent
A chaque heure de tes révoltes
.


5 avril 2015 

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire