jeudi 11 juin 2015

Etat chronique de poésie 2499





2499

Ouvrez donc les yeux et voyez : tant de rêves à accomplir qui ne se chiffrent pas.
Ouvrez donc les yeux et voyez : il n'est d'indignation qu'accompagnée de révolte.
Ouvrez donc les yeux et voyez : l'horizon n'est sombre que pour les soumis.
Ouvrez donc les yeux et voyez : ce qu'elle veut est vent de liberté.
Ouvrez donc les yeux et voyez : elle veut ce que nous voulons tous.
Ouvrez donc les yeux et voyez : n'écoutez plus les tristes sirènes.
Ouvrez donc les yeux et voyez…

*

Tant de colère
Que las passe journée
A chasser les heures pour ne plus voir
.
Que faire en cette dimension
Atone d'avoir été trop déçue
Sinon lancer mots d'insurrection
Où ils ne sont pas attendus
.
Ils voguent sur l'océan prétentieux
D'une littérature sans ouvrage
ne salissent aucune page
Et s'éteindront avec la dernière centrale
.
Car tout en ce domaine
N'est qu'illusion éphémère
*
Demain d'un coup de dé
Quelque démagogue cacochyme
Viendra d'un doigt sénile
Effacer toute trace
.
Tant de censures en ce virtuel
Tant de surveillance
Que nul tête ne dépasse
Que tout appel à l'insoumission
Se trouve passé au crible
.
Ne restera rien de nos cultures
Une fois le rouleau conformiste passé
Nous devrons garder trace
De nos appels à l'insubordination
Si ne voulons disparaître
.
Déjà il ne s'agit plus que survivre
.


2 avril 2015  

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire