dimanche 7 juin 2015

Etat chronique de poésie 2496





2496

Car la question de l'esclavage ne cesse de se poser
.
De quoi voudriez-vous libérer le temps
Sinon de cet étrange désir qu'on certains
De dominer vos vies jusqu'à vous en interdire
Toute forme de vie libre et digne
.
Car la question de l'esclavage ne cesse de se poser
.
Très forts sont vos maîtres qui viennent
Main sur le coeur vous promettre sornettes
Pour mieux vous réduire à leur guise
Aux chaînes de leurs feintes générosités
.
Car la question de l'esclavage ne cesse de se poser
.
Ils avancent masqués désormais les prédateurs
Ils posent les barreaux en vos têtes friandes
De fausses informations de plats amusements
Tandis qu'en coulisse ils tirent sur vos chaînes
.
Car la question de l'esclavage ne cesse de se poser
Seule sa forme change tandis que vous n'y prenez garde

*

J'aurais voulu
J'aurais voulu pouvoir
Pas le pouvoir
Vouloir
Un peu de printemps
Dans les têtes heureuses
.
N'est venu
Que prolongation de l'hiver
En petit papiers officiels
Diligemment offerts
Par l'Etat sans état d'âme

*

Au soir des déroutes
M'en vais suivre
Les entiers de collines
Ouvrir les yeux
Sur cimes enneigées
Qui tissent linceul
.
Puisque désormais rien
.


29 mars 2015

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire