jeudi 4 juin 2015

Etat chronique de poésie 2494





2494

Passez donc
Vents mauvais
Passez donc
Temps sans grandeur
A mots couverts
Nous garderons la flamme
Foyer ouvert
.
Passez donc
Eres maussades
Faiblesses d'esprit
Hargnes d'ignorances
A mots ardents
Nous veillerons
Sur nos rêves
.
Passez donc
Et n'y revenez point
Puisque déjà avons goûté
Au supplice de tristes choix
Aux errances mortelles
Lorsqu'à mots éteints
Vous nous imposiez silence
Sous le joug de pensées absentes
.
Nous boirons l'absinthe amère
De vos pertes de mémoire
Vous ne pourrez rien
Contre les mots envolés
Dans la colère
D'un vent de printemps rance

*

Que beau s'installe
Aux cieux immuables
N'invite qu'à penser
.
Terre donc
Terre vit et survit
Bien au-delà de nos maigres
Bien maigres partis-pris

*

Lorsque s'ouvre l'intervalle
Ruelle sombre entre deux murs certains
Les mots se font maigre
Pour ne point griffer leur sens
.


27 mars 2015

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire